Introduction à Kubernetes

Le paysage cloud-native est en plein essor depuis quelques années déjà, et Kubernetes est devenu la norme en matière d’orchestration de conteneurs. Cette puissante plateforme open-source permet aux développeurs de gérer des applications conteneurisées à grande échelle. À mesure que les entreprises adoptent les technologies cloud-natives, la demande d’administrateurs Kubernetes compétents monte en flèche.

Dans cet article j’essaierai de présenter brièvement l’une des certifications de la fondation Linux associée à l’administration de cluster Kubernetes : la certification Kubernetes CKA. J’insisterai sur l’importance de cette certification pour les ingénieurs DevOps / Cloud mais également pour les entreprises, avant de conclure par un retour d’expérience sur la préparation et le passage de celle-ci. 

Qu’est-ce que la certification CKA ? 

La certification Certified Kubernetes Administrator (CKA), proposée par la Fondation Linux, valide la capacité d’une personne à gérer des clusters Kubernetes dans un environnement de production. C’est un examen basé sur les performances qui évalue les compétences pratiques à travers des scénarios concrets. 

Pourquoi la CKA est-elle importante ? 

La certification CKA présente une valeur significative pour les ingénieurs Cloud et DevOps, ainsi que pour les employeurs à la recherche des meilleurs talents. Voici pourquoi : 

CKA pour les ingénieurs Cloud et DevOps

Avancement de carrière : L’obtention de la certification CKA démontre votre expertise de Kubernetes, ce qui vous donne un avantage concurrentiel sur le marché du travail. 

Validation des compétences : Le processus de certification valide vos capacités pratiques à gérer les clusters Kubernetes, à résoudre les problèmes et à optimiser les déploiements. Contrairement à d’autres types de certifications, la CKA met le potentiel certifié en situation réelle, face des scénarios communs d’environnement de production. Il ne s’agit donc pas juste de questions/réponses, mais bien de pratique. 

CKA pour les entreprises

Embaucher des professionnels qualifiés : La certification CKA sert d’indicateur fiable de la capacité d’un candidat à gérer efficacement les environnements Kubernetes. 

Confiance dans les compétences : Les entreprises peuvent être certaines que les professionnels certifiés CKA possèdent les connaissances et l’expérience nécessaires pour contribuer à leurs initiatives cloud-native. 

La véritable valeur de la CKA va au-delà de la simple réussite à l’examen. Il signifie un dévouement à l’apprentissage continu et un engagement à rester à jour avec l’écosystème Kubernetes en constante évolution. 

Retour d’expérience et conseils

La CKA reste une certification qui demande une certaine préparation qui peut varier en fonction du niveau d’expérience du potentiel certifié. A titre d’exemple, pour un consultant qui a une expérience en administration de clusters managés notamment avec Opensfhit Container Platform et K8s Rancher, la préparation peut prendre environ 3,5 semaines.

Celle-ci s’articule en deux phases : 

Il est important de s’assurer de savoir comment naviguer dans la documentation de Kubernetes, car ceci s’avère extrêmement important pendant l’examen pour aller chercher les différentes syntaxes. 

Conclusion sur la CKA

Dans le contexte actuel axé sur le cloud, l’expertise Kubernetes change la donne pour les ingénieurs cloud et DevOps.

La certification CKA valide les compétences, ouvre les portes à des opportunités de carrière passionnantes et positionne comme un atout précieux dans le paysage cloud-native. Donc si vous êtes intéressés par l’administration Kubernetes, vous envisagerez peut-être de passer la certification CKA, ou de la faire passer à vos collaborateurs si vous êtes en charge d’un département IT.